Glossaire

Quelques définitions techniques

  • De quoi parle-t’on, quelques définitions utiles …

Acaricide : pesticide naturel ou de synthèse, poison sélectif contre les acariens.

Activité enzymatique spécifique : quantité de produit générée par un enzyme par unité de temps et par unité de quantité de protéine.

Allèle : variant d’un gène. Diffère du gène d’origine par une ou des mutations.

Antagonisme : s’observe lorsque l’effet combiné de deux ou plusieurs pesticides est inférieur à la somme de leurs effets distincts.

Bio-agresseur : organisme vivant nuisible à la production végétale, pouvant être un animal (arthropodes, rongeurs …), une plante (mauvaises herbes, syn. adventices) ou un micro-organisme phytopathogène (bactéries, champignons, virus …).

CE50= concentration efficace à 50% : concentration de pesticide inhibant 50% d’une activité biologique généralement mesurée dans des conditions contrôlées ; syn. DE50 (dose efficace à 50%), CI50 (concentration inhibitrice à 50%), DL50(dose létale à 50%).

CI50 : voir CE50.

Cible (d’un pesticide) : protéine(s) vitale(s) pour la physiologie d’un bio-agresseur (enzyme, protéine de structure de la cellule…). Un pesticide agit en perturbant suffisamment la fonction de sa ou ses cibles pour tuer ou inhiber le développement du bio-agresseur.

CMI = concentration minimale inhibitrice : la plus faible concentration de pesticide inhibant 100% d’une activité biologique (croissance, survie…) mesurée dans des conditions contrôlées ; syn. DL100 (dose létale à 100%).

Coût de la résistance = perte de valeur sélective : modification de la valeur sélective résultant de l’acquisition d’une résistance par un génotype et pouvant être déterminé par la modification de divers traits de vie (par exemple, nombre de descendants viables produits, vitesse de croissance…).
Attention, toutes les résistances n’entraînent pas un coût. Certaines entraînent même un gain (dans ce cas, les génotypes résistants produisent plus de descendants viables, croissent plus vite… que les sensibles).

DE50 : voir CE50.

DL50 : voir CE50.

Dose discriminante : dans des conditions contrôlées, dose de pesticide qui tue ou inhibe la croissance ou le développement de tous les génotypes considérés comme sensibles. Tout génotype pouvant croître, se développer ou survivre à cette dose correctement appliquée est considéré comme résistant.

Fongicide : pesticide naturel ou de synthèse, poison sélectif contre les champignons.

Formulation : ensemble de composés destinés à faciliter la manipulation, l’application, la pénétration et la sélectivité des pesticides.

Fréquence de résistance : proportion de génotypes résistants dans une population de bio-agresseurs.

Génome : ensemble des gènes d’un individu.

Génotype : individu ou ensemble d’individus possédant le même génome.

Herbicide : pesticide naturel ou de synthèse, poison sélectif contre les adventices.

I50 : en enzymologie, concentration de pesticide inhibant 50% de l’activité de l’enzyme cible.

Insecticide : pesticide naturel ou de synthèse, poison sélectif contre les insectes.

MDR ou résistance multidrogues : type de mécanisme de résistance non liée à la cible induisant la résistance à plusieurs pesticides de modes d’action différents, et déterminée par un efflux accru des pesticides. La MDR est souvent déterminée par la surexpression d’un ou plusieurs transporteur(s) membranaire(s).

Mécanisme de résistance : tout mécanisme permettant à un génotype de survivre à une concentration de pesticide qui tue ou inhibe la croissance ou le développement de génotypes sensibles.

Mode d’action : se réfère à la cible biochimique d’un pesticide. Les pesticides peuvent être classés en fonction de leur cible.

Multi-site : pesticide (essentiellement des fongicides) ayant plusieurs cibles.

Mutation : changement dans la séquence de l’ADN du génome. Une ou des mutations modifiant le niveau d’expression d’un gène ou la structure de la protéine pour laquelle il code peuvent être la cause de résistances.

Niveau de résistance (NR) = facteur de résistance (FR) = ratio de résistance (RR) : rapport des concentrations de pesticide nécessaires pour obtenir la même efficacité sur des génotypes résistants que sur des génotypes sensibles de référence d’une même espèce de bio-agresseur. Le NR est habituellement exprimé sous la forme du rapport (CE50 résistant / CE50 sensible), déterminé en exposant ces génotypes à des gammes de concentration du pesticide testé (dans des conditions identiques et contrôlées). Attention, le niveau de résistance est souvent confondu à tort avec la fréquence de résistance.

Pesticide : composé (synthétique ou naturel) qui tue les bio-agresseurs, ou inhibe leur croissance ou leur développement, syn. : produit de protection des plantes. Les principales catégories de pesticides sont les fongicides, les herbicides, les acaricides et les insecticides.

Population : ensemble de génotypes d’une espèce de bio-agresseurs échangeant des gènes entre eux. Par commodité, est aussi utilisé pour se référer à l’ensemble des génotypes d’une espèce de bio-agresseur présents sur une parcelle.

Population de référence ou référence sensible : population ne contenant que des génotypes sensibles aux pesticides. Elle devrait idéalement être représentative de l’ensemble des populations de l’espèce de bio-agresseurs considérée avant l’utilisation du ou des pesticide(s) concerné(s).

PPP : Produits de Protection des Plantes

Pression de sélection : contrainte environnementale influençant la valeur sélective des génotypes. Une pression de sélection favorise les génotypes ayant la meilleure valeur sélective quand elle s’exerce. Ainsi, une pression de sélection exercée par un ou des pesticide(s) favorise les génotypes les moins sensibles (ou les plus résistants).

Résistance :

  • 1) Capacité intrinsèque et héritable de certains génotypes de bio-agresseurs leur permettant de survivre à des concentrations de pesticides qui tuent ou inhibent le développement de génotypes sensibles de la même espèce. Cette capacité est déterminée par à une ou plusieurs mutation(s) naturelles présentes dans le génome des génotypes résistants.
  • 2) Résultat de l’évolution adaptative de populations de bio-agresseurs ayant permis la sélection, et donc l’augmentation en fréquence, des génotypes les moins sensibles suite à l’exercice d’une pression de sélection par les pesticides.

Résistance croisée : résistance à plusieurs pesticides déterminée par le même allèle (ou par extension le même mécanisme). La résistance croisée peut être positive (résistance à plusieurs pesticides) ou dans certains cas négative (résistance à certains pesticides entraînant une hypersensibilité à d’autres).

Résistance en pratique = Résistance au champ : baisse d’efficacité au champ d’un pesticide par rapport à l’efficacité du même pesticide mesurée avant sélection sur une population de référence. La résistance en pratique est confirmée lorsque (i) les autres hypothèses pouvant conduire à une baisse d’efficacité (par exemple, mauvaise application, mauvais positionnement, absence d’activité intrinsèque du pesticide considéré sur le bio-agresseur ciblé…) ont été réfutées et (ii) lorsqu’une augmentation significative de la fréquence des génotypes résistants a pu être démontrée dans la population.

Résistance liée à la cible (RLC) : résistance causée par des mutations affectant le gène de la protéine cible du pesticide (modification de la protéine cible, amplification ou surexpression de ce gène).

Résistance multiple : résistance à plusieurs pesticides déterminée par différents allèles (ou par extension par différents mécanismes).

Résistance non liée à la cible (RNLC) : résistance causée par des mécanismes autres que la résistance liée à la cible (par exemple, efflux de pesticide ou MDR, métabolisme exacerbé, séquestration ou pénétration réduite).

Spécialité : produit commercialisé et utilisé en protection des cultures, consistant en un ou plusieurs pesticides dans une formulation.

Substance : molécule de pesticide.

Synergie : s’observe lorsque l’effet combiné de deux ou plusieurs pesticides est supérieur à la somme de leurs effets distincts.

Uni-site : pesticide ayant une seule cible biochimique (la grande majorité des pesticides).

Valeur sélective (ou « Fitness ») : capacité d’un génotype à survivre en compétition avec d’autres et à produire des descendants viables.